RFID, aménagement, horaires / Pauline Quiquemelle

-> En quoi les nouvelles technologies, nouveaux horaires est une occasion de déléguer le travail ?

  • Pauline : coordination de réseau rural, 1 bib équipée RFID, pas utilisée dans le projet de service. Question de la place des bénévoles
  • Clément : BDP de l’Orne, 50 bibs, quelques bibs équipées RFID, projets en cours (commune de 3000 hbts) + questionnement réaménagement horaires, bénévoles…
  • Jérôme : BM Marne la Vallée, 10 bibs + centrale en construction, avec équipement RFID nouveau, + nouv eaux réaménagements (centralisation ?) avec automates de prêts, en appoint. Question des services liés à la RFID
  • Marie-Aude : SICD Clermont-Ferrand. Projet de nouvelle bib de lettres très ancien. Question de la RFID dans le projet, volonté d’automatisation avec volonté de dégager du temps pour recherches docs. Réforme de grande ampleur avec RFID au milieu
  • Philippe : BU Orléans. Projet implantation de BU en centre-ville (horizon 2015-2016) pour ramener étudiants en centre-ville avec partie gestion, école management, institut français -> extension horaire ouverture, RFID, travail en partenariat BM, labo de langues, appui à l’enseignement, travail en groupe, mutualisation…( volonté de mise en place en 2005/06 de RFID : problème technique mais projet de service). A terme, 85h d’ouverture, 100 personnels supplémentaires. RFID = dégager du temps humain
  • Muriel : BU Louvain 22000 étudiants avec 7 bibs disciplinaires. Bib sc-éco avec 4500 étudiants : inventaire, élagage, remise en conformité. Objectif : RFID pour faciliter gestion inventaire, gestion des collections, lié aux services… horaires étendus en phase d’essai. Donc nécessité de moniteurs supplémentaires (à coacher)
  • Christophe : BM Rouen, 6 bibs de quartier + 1 patrimonial. Dont 1 en RFID, avec projet global de réflexion sur l’accueil. Donc prêt/retour automatisé au max. but = étendre RFID sur l’ensemble du réseau (3 bibs cette année). Encodage sera fait sur heures d’ouverture (donc en plus du boulot normal) -> comment motiver les équipes sur ce boulot en plus ?

questions pratiques :

  • faut-il démagnétiser tous les autres docs avant ? pas forcément la peine mais ça sonnera ailleurs…
  • normes d’encodage : 800/1000 docs/jours en binôme, 400 docs/jours pour DVD (binôme qui ne fait que ça)  en amenant platines près des rayonnages.

-> sur temps d’ouverture, bien penser à encoder au fur et à mesure tous les retours. Sin on le fait en fonctionnement, il faut utiliser l’ancien système jusqu’à être sûr que ça marche impec pour toutes les collections (sinon démotivation du lecteur)

  • Temps à prévoir dans encodage : amener les docs au platine et temps de coller puce et lire code-barre.
  • Rapport bénéfice/coût ? (ex : perte de 0,01%, cout de 30 000€ pour commune de 2000€, juste pour le matériel)
  • Système anti-vol : faut-il arrêter les puces anti-vols ? sachant que les portiques anti-vol ne sont pas mixtes (RFID/ bandes magnétiques) -> pour les revues qui ne sortent pas, coût de la puce qui est cher.
  • Solution technique : mettre les puces utilisée uniquement pour la grande distrib qui sont moins cher, mais fréquence la même que celles de grande distrib donc beaucoup plus de déclenchement…
  • Puces pas encodées, donc réutilisables
  • Utiliser RFID pour mesurer la consultation sur place ou le classement ? possible
  • Faut-il garder les codes-barres sur les livres ou le RFID remplace-t-il les codes barres ?

-> Toujours désherber avant ! Et faire un recollement !

-> Dialogue fin pas encore au point (expliquer infos aux lecteurs…), mais prêt/retour fonctionne bien avec toutes marques. Idée Critère de sélection : choisir un fournisseur en fonction de son logiciel ?

-> Mutualisation du matériel (assistant…)

  • que peut-on attendre du RFID :
    • automatisation des prêts/retours (horaires de présence large…) automate = 8000€, portiques = 15000€, platine = 1600€, assistant =1500/ 3000€
    • si SIGB sait sortir listes de code-barres, on peut faire des recollements, des vérif de retour (si panne info par exemple), faire une analyse des lectures sur place…
    • crainte des employés : que va-t-on faire ? il faut le lier aux autres services. Quel est le cœur du métier ? accompagner, accueillir, faire de la formation, c’est valorisant !  permet de libérer du temps pour le reste, accueillir…

question des boites de retour :

  • passive = sans lecteur (1900€)… juste une boite pour recueillir livres pendant fermeture…
  • trappe ou boite active = enregistre le retour en temps réel (avec lien SIGB)…

Conclusion : ne pas être remplacé, mais faire faire ce qu’on ne veut pas faire par d’autres (taches répétitives, extension en horaires de soirée…) pour revaloriser le cœur de métier. Proposer nouveaux services, rangement, information mobile, animations, personnel en mouvement, plus mobile !

CR : Pauline Quiquemelle

Publicités
Cet article, publié dans Atelier 11 : RFID, horaires, moniteurs : comment se réorganiser ?, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour RFID, aménagement, horaires / Pauline Quiquemelle

  1. Ping : Ateliers in Angers | Frankophone bibliothekarische Weblogs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s