Gueule de bois et perspectives d’avenir

C’est l’heure du bilan … à la fois pour clore l’expérience 2011 mais aussi proposer aux futurs organisateurs des pistes d’amélioration. Nous vous livrons ici nos impressions d’organisateurs, d’animateurs et de participants, n’hésitez pas à réagir et à faire des propositions.

L’organisation

D’après les commentaires en ligne ou de vive voix, l’organisation était plutôt réussie.

  • On s’est inspiré des avis sur d’autres journées d’étude pour éviter les couacs logistiques (augmenter la couverture wifi, distribution de codes individuels, multiplications des multiprises).
  • Un buffet au lieu du RU aurait peut-être permis une meilleure circulation des personnes donc plus d’échanges à l’heure du déjeuner.
  • Beaucoup ont cherché à rencontrer sur place ceux qu’ils suivent ou avec qui ils discutent sur les réseaux (blogs, twitter, etc.). Il a peut-être manqué un lien plus construit entre rencontre IRL (In Real Life) et présence virtuelle. Nous avions pensé (sur suggestion de Marlène D.) à des badges vierges où chacun aurait pu inscrire son pseudo twitter le nom de son blog ou 2-3 mots clés sur ces centres d’intérêt. L’idée est de jeter des ponts entre les 2 espaces sans pour autant exclure ceux qui n’en connaissent qu’un.

Période, jour

Organiser un rassemblement de bibliothécaires dans une BU ouverte n’était pas gagné au départ. Malgré un commentaire négatif sur la page Facebook, la cohabitation s’est bien déroulée.

  • Le début d’année est très calme en journées d’étude ou autre conférences ; c’est aussi un creux dans le calendrier universitaire : examen oblige, le 2e week-end de janvier est souvent le moins fréquenté à la BU. Il y a résolument un créneau à occuper durant cette période, à la manière du fameux ALA Midwinter américain (toute proportion gardée, bien évidemment).
  • Le choix du samedi était une manière de déconnecter le bibcamp des autres journées d’étude et de ne pas trop peser sur les établissements en cas de participation. Nous savons que ce choix a pu bloquer certaines inscriptions en raison de problème de garde d’enfants ou d’allergie à la réflexion bibliothéconomique le week-end 🙂

Les ateliers

Dés le départ, nous avons détourné les règles des barcamps en proposant des thématiques d’ateliers et en sollicitant des animateurs (normalement, les ateliers sont suggérés par les participants). Le bibcamp se voulait généraliste, ouvert à toutes les catégories, tous les établissements, tous les profils de bibliothécaires ; c’est pourquoi nous avons proposé des ateliers ne tournant pas qu’autour de l’informatique documentaire (management, partenariat, action culturelle, enquête aux publics, etc.).

Quelques réflexions sur la gestion des ateliers :

  • Prévoir un créneau le matin pour augmenter la durée des ateliers.
  • Certaines discussions se recoupent entre ateliers (Introduire de nouveaux services<->Innover et réussir par l’échec ; Valoriser la bibliothèque en ligne<->Valoriser ses collections). Mieux définir les attentes envers chaque atelier tout en gardant une certaines souplesse dans les contenus.
  • La réduction du nombre d’ateliers aurait augmenté mécaniquement le nombre de participants par atelier et diminuer le nombre global de participants (nous étions 110 au total) aurait transformé l’événement en rencontre pour happy few.
  • A partir de 20-25 participants, la dynamique d’atelier est compliquée à installer. Néanmoins, limiter la taille des ateliers revient à appliquer la règle du premier arrivé, premier servi (dur à organiser et tout aussi frustrant). Doubler les ateliers nécessite plus de créneaux horaires, plus de salles et représente une  contrainte supplémentaire pour les animateurs.
  • L’atelier devrait être précédé d’une petite 1/2h de remise en contexte de la problématique. Cela permettrait de consacrer l’heure de l’atelier à l’échange voire à la production d’un document ou d’un objet.
  • Prévoir un hashtag par atelier pour éviter la cacophonie.
  • Certains ateliers devraient être plus techniques en s’adressant spécifiquement à un public (informaticien, responsable de collections).
  • Les bibcamps pourraient se thématiser.
  • Marquer la fin du bibcamp par un atelier commun ou une intervention symbolique (sans tomber dans « le Grand Témoin de la journée ») .

Bibcamp 2012

Les candidatures sont ouvertes ! En attendant 2012, le prochain Bibcamp aura lieu en mars chez nos voisins allemands, die wir beiläufig begrüssen.

Et vous, qu’est-ce que vous changeriez dans le bibcamp ?

photo : natashova CC-by-nc-sa
Publicités
Cet article, publié dans Organisation, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Gueule de bois et perspectives d’avenir

  1. Markus dit :

    Soyez salués cher voisins! 😉

  2. Ping : Bibcamp 2011 : et puis après ? « Bibliothèques [reloaded]

  3. shaunlemouton dit :

    Please!!! Pas en WE la prochaine fois…

  4. Martina Febra dit :

    Salut! J’ai participé à l’organisation du tout premier bibcamp à Berlin et Potsdam en Allemagne. Qui a envie, entre les biblio-blogueurs français, de participer au prochain bibcamp à Hambourg?

  5. Ping : 1. Bibcamp in Frankreich | Frankophone bibliothekarische Weblogs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s